Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SITE: FLAMME DE PLOMB PAUVRE COMME UN VERRE D'EAU ANNA AKHMATOVA Ce n'est pas dans l'asphalte où tombent les feuilles Que tu devras longtemps m'attendre. C'est dans un adagio de Vivaldi. Que nous nous retrouverons. (Visite nocturne, traduction Jean-louis Backès)

Patrick Tafani - Solène Santais - La main prolongée

Patrick Tafani - Solène Santais - La main prolongée
Patrick Tafani - Solène Santais - La main prolongée

LA MAIN PROLONGÉE ISBN 978-2-9551065-0-1 Les Éditions de l'Inaperçu LES JARDINS SUSPENDUS LES JARDINS SUSPENDUS Pénombre, une nouvelle torche gravite, une boucle à la première lueur de lampe restitue la page non encore écrite. La faconde des vieux quartiers crisse sous nos pas, elle devient le long manteau posé sur les épaules, le cuir imprudent, la bride de nos chevaux. L’éphémère du nuage, au ciel la fuite aussi sensible qu’une disparition, le bref éclat mesure l’inextinguible point de fusion, toute trace étreint son éternité. Querelle avec le feu, l’erreur et son double, les mots façonnent le...

De mèche lente

De mèche lente
De mèche lente

PATRICK TAFANI - De mèche lente - Les Éditions de l'Inaperçu GRAND FORMAT EXTRAITS TÉTHYS Je pense à un livre et paradoxalement à mon livre. Je l’ai écrit au bord des sources, sur les chemins de Saumanes, au plus près des vignes, sur l’argile des migrations, à l’orée de la pierre, je l’ai écrit dans l’inaperçu continuel de ma vie, avec l’eau des orages et le feu des éclairs. Mais j’exagère peut-être ; je l’ai seulement lu dans le vide de ma mémoire. La Dame de Monieux m’avait prévenu, j’étais jeune encore, l’enfance me piétinait l’âme, j’écoutais en homme le fascinant langage de la Nesque ; gorges...

CET AMOUR SANS FIN

CET  AMOUR  SANS  FIN
CET AMOUR SANS FIN

PATRICK TAFANI - CET AMOUR SANS FIN EXTRAITS L’AUBE MANQUANTE Le cahier libre des enfants, le vent enfin, un bout de ciel guérissable, tremble la sieste moribonde, nos après-midi sont les fleurs des champs, c’est un peintre qui nous entraîne dans le pays des cracheurs de feu. Quelques secondes ce soir, c’est ce qui nous reste à vivre, le temps prend ses distances, si tu t’approches tu vivras encore. De ta tristesse je connaissais le jaune, l’inséparable jaune avec l’empreinte des rouges écumeux. La féerie des jaunes drapée du bleu intense, de ce bleu pacifique qui monte au ciel, boule de bleu,...

CE ROI LOINTAIN

CE  ROI  LOINTAIN
CE ROI LOINTAIN

PATRICK TAFANI CE ROI LOINTAIN Éditions de l'Inaperçu Droits réservés - Photographie - Patrick Tafani - Claude Lorrain - Rodin - Hôtel de Biron - EXTRAITS Je viens et je découvre l’instant; seul à seul, comment oublier l’indicible qui désarme et dessoiffe d’une vérité trop advenue ? Écharpe poudroie la gorge et soigne le vivant du cri. Montée de la nuit, la corde plisse des mains; les amants auront froid mais la vie traverse les regards qui ont tremblé. - Sois le nomade, l’homme qui au devant de tout s’adonne à la seule errance; à l’errance du ciel et de la nuit. Sois le merveilleux flux d’étoiles...

JADIS L'ÉMERVEILLÉ

JADIS  L'ÉMERVEILLÉ
JADIS L'ÉMERVEILLÉ

PATRICK TAFANI JADIS L'ÉMERVEILLÉ OUVRAGE GRAND FORMAT Les Éditions de l'Inaperçu EXTRAITS Au creux de ma main, la fleur de bruyère et le miel qu’elle recueille. Avec les mots délaissés et avec le cœur habituel, Parrêsia, que l’abeille apparaisse en refermant son poing. • Mais vous, Thierry Metz, qu’avez-vous supporté sur la flèche incendiaire avec ce feu qui ne vient pas ou trop tard, mais que l’insupportable corrompt à jamais ? • Nous avons perdu l’approche du lointain et la fixité de nos regards dans l’éboulis ascendant des astres. • Une mésange peut-être me rendrait libre par ce double, cet...

CLÔTURE DE LA PAROLE

CLÔTURE  DE  LA  PAROLE
CLÔTURE DE LA PAROLE

CLÔTURE DE LA PAROLE - OUVRAGE GRAND FORMAT PATRICK TAFANI Les Éditions de l'Inaperçu EXTRAITS LA NUIT Ce sont ses orbes plus précaires qu'un appel de forêts. Dans le tumulte du jour, elle se sait livrée à la meute, à la déréliction des paroles de l'un, de l'autre, à la passation. Son cœur bat pourtant plus fort que le cœur du monde. Elle est auprès d'une étoile, auprès d'un oiseau, sur le dépliement d'un sourire, d'une larme, d'un empire. Elle n'a pas d'histoire, elle ne sollicite pas. Dans le partage et la beauté, elle dénoue la splendeur et nul ne peut lui attribuer le désir de gouvernance....

LA MAIN PROLONGÉE A OMBRES BLANCHES

LA MAIN PROLONGÉE  A  OMBRES  BLANCHES
LA MAIN PROLONGÉE A OMBRES BLANCHES

LA MAIN PROLONGÉE - OMBRES BLANCHES A TOULOUSE EXTRAITS BORNES Le durci des étoiles dans l’abyssal du ciel, cette alchimie de la terre lorsqu’elle déplie ses navires au large de la mer vertueuse des Marquises. Visages avec leurs corps inhabituels, tableaux d’un autre âge, de la chair au sang il y a ce présent, cette caresse sans espoir, et l’espoir colle à la peau. Entre la lumière et l’ombre se trouve l’écart du vide comblé, la masse fabuleuse d’une bille de silex donnant au monde premier sa valeur de contemplation. Ainsi on pourrait voir, sous la densité de l’œil, des crépuscules inexprimables,...

LA MAIN PROLONGÉE - PATRICK TAFANI-MICHEL D'ANASTASIO

LA MAIN PROLONGÉE - PATRICK TAFANI-MICHEL D'ANASTASIO
LA MAIN PROLONGÉE - PATRICK TAFANI-MICHEL D'ANASTASIO

Retrouver le site et le travail merveilleux de calligraphie de Michel d'Anastasio : www.script-sign.com LA MAIN PROLONGÉE LIBRAIRIE OMBRES BLANCHES A TOULOUSE EXTRAITS PIERRE SOULAGES LE SOLEIL OUTRENOIR Soulages, et la lumière arrêtée par les étincelles, par la couche de froid, jadis et à présent, étirée sous un feu primordial, le noir ici n’est jamais noirceur mais beauté béante à travers l’aubier d’une nuit repliée. La texture semble se mouvoir en une longue et matricielle immobilité mais c’est déjà la controverse de cœur qui est plus frappante depuis que ce cœur a uni la nuit dans sa noble...

LA MAIN PROLONGÉE

LA MAIN PROLONGÉE
LA MAIN PROLONGÉE

Dernier ouvrage de Patrick Tafani : Librairie OMBRES BLANCHES à Toulouse Calligraphie de MICHEL D'ANASTASIO LA MAIN PROLONGÉE Patrick Tafani est poète, il suit des chemins et des mondes souvent ignorés des médiatiques. Il entre dans les terres de l’Inaperçu et y dépose son imaginaire, sa palette de feu et sa splendeur. Quelques-uns le héleront, d’autres préféreront leur destin d’ignorance ; c’est ainsi que les poètes viennent à nous, par une main prolongée. UNE EAU SCULPTÉE Il est possible que l’on soit englouti par son propre regard. Du pont il ne restait que deux piliers mais l’on se sentait...