Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SITE: FLAMME DE PLOMB PAUVRE COMME UN VERRE D'EAU ANNA AKHMATOVA Ce n'est pas dans l'asphalte où tombent les feuilles Que tu devras longtemps m'attendre. C'est dans un adagio de Vivaldi. Que nous nous retrouverons. (Visite nocturne, traduction Jean-louis Backès)

PRODIGUE

PRODIGUE
PRODIGUE

Ciel silencieux au dehors des cieux, le titan s’enivre d’un mal fécond où rien ne cherche à s’appauvrir encore sous la force prodigue des vents, comme cette voix que l’on désigne du nom de nuages noirs. AVANT LE TEMPS - Droits Réservés - Patrick Tafani - BnF PARIS TOLBIAC -

Article publié depuis Overblog

PREMIERS TEXTES DE L'AUTEUR BnF- PARIS.TOLBIAC FIN DE NON-RECEVOIR Les eaux - cendrées de rouge aux bleus ressentiments -, gauchissent les poissons dans leurs nasses colossales. D'autres signes s'arrogent le pouvoir de se désassembler; le courant savoure le passage des rebelles. Tafani Patrick - Droits réservés - Cette mer existe un peu plus davantage, elle ceinture les ombres, le contour des nuages, et elle rêve déjà aux rumeurs de l'espace. Cette mer massive, attribut des prophètes, qui renferme dans son sel la saveur des mythes, cette mer profane, ignorante lucide du bâillon de la terre. Droits...

PLUS LOINTAIN

PLUS  LOINTAIN
PLUS LOINTAIN

Je vis dans ce sentier où tu viens quelquefois; je vis pour ta venue. Soleil dans l’écoute de la main, je pressens une ligne d’orve sur l’ellipse de l’orage, un village que nous laissons grandir en son cœur. Jointée fluente et cycle de l’éclusière, nous posons l’ombre balbutiante des genêts; l’acquis de l’amour avec ce combat qui s’informe d’une douleur... Droits réservés - Patrick Tafani - AVANT LE TEMPS - BnF - PARIS.TOLBIAC - Il y eut la pierre et ce dessin dans le ciel, le voir et le parlé erraient toujours sous un aspect de sang glacé, derrière la valeur des chemins jouait la péninsule du...

PIANO DE JUILLET

PIANO  DE  JUILLET
PIANO DE JUILLET

CE ROI LOINTAIN EXTRAIT BnF-PARIS.TOLBIAC Piano de juillet que l’on plaçait sous le frêne si délicat d’octobre, vagues d’écumes dans la lenteur moussue du parc, robes noires que le jour échancrait dans la brûlure des yeux jusqu’au froid céleste des longues jambes qui s’éloignaient, plus proches encore lorsque la musique et les visages tournoyants se confondaient avec l’équipage des oiseaux et le buis hauturier du ciel, piano de juillet que l’on plaçait sous le frêne si délicat d’octobre. Droits réservés - Textes et Photographies - Patrick Tafani - CE ROI LOINTAIN - BnF PARIS -

POUR UN NICOLAS DE STAËL

POUR  UN  NICOLAS  DE  STAËL
POUR UN NICOLAS DE STAËL

POUR UN NICOLAS DE STAËL Les lavandes de la mer lige et ardoisée, La route rose des améthystes de Sénanque, Sur les mains des nuages rocailleux se falaise l’orage, Pierres lumineuses des premiers horizons, ô cristal orbé de bleu! La noire silhouette de l’oubli des cuesas Porte les soleils sous les feuillages éteints, Le rêve violenté si pensif du vent Ligue les boucliers vers le désordre des heures. Lagnes se craquelle sous les jaunes d’Agrigente Comme un peuple sombrant dans les ruelles du jour, Sur le pourtour de l’aube où le grillon s’absente, Tous les oiseaux du monde* s’éploient et tombent...

SAUMANES

SAUMANES
SAUMANES

PATRICK TAFANI SAUMANES C’est le glacier, l’épreuve solennelle des soleils, l’inclinaison formicante des oiseaux sur le reflet des ombres. Prétendre dans l’écueil des roseaux, fleurir le voile chanté des rives de la maurelle! C’est le froid vert d’une colère volatile prête à recouvrir les embruns moussus des vignes, du rêve courbé de l’anguille aux rixes légendaires du serpent. C’est le cabanon dénudé par l’épaule d’un règne fusant vers l’orage de la moisson, à la faconde du guetteur centenaire, le sourire saxifrage des voussures de l’abîme, la frappe savante de l’hirondelle sur la paroi nuageuse...

LE JEU PERDU

LE  JEU  PERDU
LE JEU PERDU

LE JEU PERDU BNF- PARIS-TOLBIAC Aujourd'hui je peux t'apercevoir dans l'angle affiné de ma vie. J'ai écarté depuis longtemps les barbaries urbaines, les suppliques arasantes de l'ensemble... Aujourd'hui tu es l'immuable qui dévoile l'abécédaire magique des âmes, ton pas survient après l'éclair, il ne foudroie pas, il poursuit ce qui change à travers les lointains. Droits réservés - Le jeu perdu - BnF-Tolbiac - Textes et Photographies - Patrick Tafani -

UN HOMME PORTE LA MAISON DU MONDE

UN HOMME PORTE LA MAISON DU MONDE
UN HOMME PORTE LA MAISON DU MONDE

PATRICK TAFANI CE ROI LOINTAIN BnF- PARIS-TOLBIAC Froideur du frisson, un ange porte la maison du monde. Se peuple l’ouvrage des animaux de somme, ces larges labours où viennent boire les aigles, ces chevaux lévigeant l’espace, ces visages saisis par l’amour virevolté des premières étoiles du jour, frisson de la froideur, un homme porte la maison du monde. Droits réservés - Patrick Tafani - Ce roi lointain - Textes et Photographies -

Article publié depuis Overblog

Dans les blés fraîchement coupés, la couleuvre réinvente l'épi couché en terre de semailles. Droits résérvés - Textes: Fin de non-recevoir - Photographie - PatrickTafani -

PATRICK TAFANI LA MAIN PROLONGÉE

PATRICK  TAFANI       LA  MAIN  PROLONGÉE
PATRICK TAFANI LA MAIN PROLONGÉE

Patrick TAFANI LA MAIN PROLONGÉE Les Éditions de l'Inaperçu Couverture Michel d'Anastasio Patrick Tafani - La Sorgue - Droits réservés - Patrick Tafani - Michel d'Anastasio - Reproduction interdite - Droits réservés -

1 2 > >>